Dans le n° 127-avril 2021  - Parer à la violence  11761

Des établissements bouleversés par la crise

Alors que la crise sanitaire impacte le fonctionnement des établissements, Adef Résidences constate une montée des phénomènes de violence. Le groupe décide alors d'accompagner ses professionnels.

« Le virus est très vite entré dans les Ehpad mais cela nous a paru essentiel de tenter de comprendre ce qui était éprouvé au sein des structures pour ne pas risquer de passer à côté des réalités humaines engendrées par cette crise », explique Sabrina Blot, Directrice de la stratégie et de l'innovation pour les enjeux humains. « Nous avons alors décidé de mener des entretiens avec chaque directeur pour comprendre ce que vivaient les professionnels, les directeurs, les résidents, les familles. » De ces échanges ressort l'émergence de phénomènes de violence, de deux types. Les violences factuelles, liées aux situations réelles vécues sur les structures comme le confinement en chambre, les décès très brutaux avec un accompagnement contraint compte tenu des circonstances ; et puis une part de violences émotionnelles liées à la peur et l'angoisse. « Nous avons identifié un niveau de violence émotionnelle identique dans tous les ehpad, qu'ils aient été touchés par la Covid ou non ; alors que les violences factuelles sont plus importantes dans les établissements touchés par la Covid. Les quantifier nous a permis de les intégrer dans nos stratégies et notre communication à destination des professionnels comme des familles ».

Des directeurs isolés mais pas seuls

Les directeurs du groupe ont au printemps dernier témoigné de difficultés liées au manque de moyens (EPI), mais aussi à la « fuite » de certains salariés. Les mesures de confinement, bien que nécessaires, ont aussi créé un repli des établissements, renforçant le sentiment de solitude. « En Ehpad, les fonctions et tâches sont généralement distinctes et structurées. Mais cette crise sanitaire a bousculé les rôles. Tout le monde portait la même blouse et travaillait activement. Des directeurs ont mis des résidents en housse mortuaire ou servi des repas. Tous ont vécu et affronté la même réalité, ensemble. »

Travailler avec les absents

Comme le souligne Sabrina Blot, « une des grandes difficultés a été d'appréhender le retour au travail des salariés absents. Comment partager cette réalité et cette violence avec ceux qui n'étaient pas là ? » Et ce, tout en distinguant les salariés qualifiés parfois outrageusement de « déserteurs » des absents « légitimes ». « Cette crise a aussi amorcé des questionnements individuels existentiels. Certains ont décidé de changer de profession, d'autres, dont les managers, ont choisi de se rapprocher de leurs équipes sur le terrain, afin de créer les conditions pour que la parole puisse circuler, et que les absents entendent quelque chose de ce qui a été vécu dans les établissements. » Cela se traduit par des groupes de paroles, des interventions de psychologues* qui proposent des dispositifs d'analyse de pratique, et la ligne d'écoute téléphonique créée par le groupe et toujours active pour accompagner des professionnels en souffrance.

Des institutions en mouvement

Cette crise interroge aussi les établissements sur leur mode de fonctionnement, les sujets à dominante éthique, les questions d'enfermement, de droits et libertés... « Il s'agit de poursuivre l'humanisation des établissements. Les psychologues accompagnent les équipes dans cette réflexion et dans le travail de transformation pour faire des Ehpad des lieux d'humanité ».

06/06/2024  - Anap

Des outils pour généraliser la présence des infirmières de nuit en Ehpad

33 % des 7 700 Ehpad bénéficient déjà de l'appui d'une infirmière de nuit, selon une évaluation de l'Anap. Pour renforcer la dynamique, l'agence propose des outils et recommandations aux gestionnaires.
06/06/2024  - Négociations

Bass: Axess met deux accords à la signature

Les partenaires sociaux de la branche associative sanitaire, sociale et médico-sociale privée à but non lucratif (Bass) semblent sur la voie d'un accord. Verdict, le 18 juin.
02/06/2024  - Privé non lucratif

Marie-Sophie Desaulle, réélue à la tête de la Fehap

 « Je suis convaincue de la force de notre modèle privé solidaire » a déclaré la présidente réélue en présentant une feuille de route ambitieuses s'appuyant sur quatre priorités.
01/06/2024  - DOSSIER Classement des groupes privés commerciaux

Tenir la barre face à la tourmente financière.

 Retrouvez ici notre classement des groupes privés commerciaux. Le groupe Medicharme a sombré, mais Clariane et Emeis, les deux leaders du marché, côtés en bourse, sont en train de réaliser ou achever leur aggiornamento financier.
01/06/2024  - Pratiques

Retrouver le chemin de la confiance

Le taux d'occupation est le talon d'Achille de plusieurs groupes d'Ehpad. Retrouver la confiance du public leur est indispensable pour remonter la pente.
24/05/2024  - CNSA

Une première : les comptes de la branche Autonomie sont déficitaires en 2023

Le Conseil de la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) a approuvé, le 21 mai, les comptes 2023 de la branche tout en alertant sur la situation économique profondément dégradée du secteur médico-social.
24/05/2024  - Financement

Les dotations régionales limitatives sont fixées pour 2024

L'OGD est de 16 255,32 millions d'euros pour les ESSMS-Personnes âgées en 2024. Sa répartition régionale est publiée.
23/05/2024  - Tribunal de Vannes

Décès d'une résidente : un directeur d'Ehpad condamné pour homicide involontaire

Une résidente était décédée à la suite d'une chute lors d'un transfert lit-fauteuil. L'aide-soignante qui avait mal utilisé le lève-malade a été relaxée, l'Ehpad condamné à une amende et son directeur à 6 mois de prison avec sursis - il a fait appel.
17/05/2024  - Ehpad commerciaux

Le groupe d'investissement HLD Europe entre dans le capital de Clariane

Clariane annonce accueillir aux côtés de Crédit Agricole Assurances, le groupe d'investissement HLD Europe en tant que nouvel actionnaire de référence