12/07/2018  -  Bioéthique

Fin de vie : le Conseil d'État juge le cadre législatif actuel suffisant

Dans une étude intitulée " Révision de la loi bioéthique : quelles options pour demain ? " remise au Premier ministre le 6 juillet et rendue publique le 11 juillet, le Conseil d'État considère qu'il n'est pas nécessaire de modifier le droit en vigueur en matière de fin de vie et rejette l'idée d'une loi qui autoriserait l'assistance au suicide ou l'euthanasie. Une position que les Sages ont signifié à Édouard Philippe, Premier ministre, qui les avait chargés de se prononcer sur les aspects juridiques de la prochaine révision de la loi de bioéthique.

09/04/2018  -  Fin de vie

Le CESE favorable à "une sédation profonde explicitement létale"

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) s'est prononcé, le 10 avril, en faveur de la légalisation de la "sédation profonde explicitement létale" pour les personnes qui la demanderaient en fin de vie. La Société française d'accompagnement et de soins palliatifs (SFAP) s'oppose totalement à cette préconisation, considérant que "donner la mort n'est pas un soin".

19/03/2018  -  Fin de vie

Les recommandations de la HAS pour la "sédation profonde et continue"

La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié, le 15 mars, un guide de recommandations de bonnes pratiques concernant la fin de vie , notamment sur le protocole de "la sédation profonde et continue", à l'intention des professionnels de santé . Pour rappel, le droit à cette sédation est prévu par la loi Claeys-Leonetti de 2016 La sédation profonde et continue maintenue jusqu'au décès doit pouvoir être mise en oeuvre partout : dans un établissement hospitalier, au domicile ou en EHPAD ", rappelle la HAS.

Dans le n° 76-janvier 2017  - Accompagner la fin de vie

Pour des soins palliatifs précoces et un accompagnement de la « mourance »

Intéressée par les soins palliatifs, Véronique Erard a mené une enquête auprès de 40 acteurs en santé. L'occasion de dresser un tableau comparatif des pratiques actuelles qui modifient profondément notre vision de l'accompagnement de la fin de vie. L'objectif de ce travail est bien de lever le tabou qui entoure la mort en France, pour faire émerger une représentation qui s'intégrerait pleinement dans la vie.

Dans le n° 66-mars 2016  - Droits des résidents

Fin de vie en EHPAD : le monde du silence

Plus de dix ans après la loi Leonetti de 2005, une nouvelle loi « créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie » a été promulguée avant sa parution au Journal Officiel du 3 février. Si l'arsenal réglementaire se renforce, les EHPAD ne se sont pas vraiment appropriés les outils dédiés à l'expression de la volonté des résidents pour leur fin de vie : les directives anticipées et la personne de confiance.

Recevoir la newsletter