Dans le n° 157-mars 2024  - Soins  16507

Accueillir des personnes obèses en toute sécurité

Accueillir une personne obèse dans son établissement nécessite une certaine organisation humaine et matérielle : lit XXL, matelas adapté, lève-malade spécifique... et l'instauration d'une véritable démarche de prévention des chutes, car le relevage reste souvent problématique pour les équipes.

Il faut bien l'avouer : trouver une place en Ehpad pour une personne obèse relève du parcours du combattant. Pourtant un établissement ne peut refuser une admission sur la base d'un indice de masse corporelle trop élevé. « Quand je reçois un dossier de préadmission, j'ai toujours à l'esprit la loi du 11 février 2005, en faveur de l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Il ne faut jamais perdre de vue les principes de non-discrimination qu'elle édicte », explique le docteur Philippe Walraet, médecin coordonnateur de l'Ehpad Notre Dame de l'Accueil à Lille. Cet établissement privé à but non-lucratif héberge 71 résidents, dont certains concernés par une obésité ou une surcharge pondérale.

Réflexion pluridisciplinaire

L'obésité peut être plus ou moins invalidante : certaines personnes sont en simple surpoids quand d'autres présentent une obésité modérée (indice de masse corporelle de plus de 30), sévère (IMC supérieure à 35), voire morbide (supérieure à 40). Leur prise en charge ne nécessite pas les mêmes moyens. Une réflexion doit être menée par le médecin coordonnateur et l'équipe soignante sur la faisabilité d'une admission. Car l'établissement doit être en mesure de fournir un accueil de qualité à tous les résidents, en toute sécurité. « Pour décider, nous analysons les points forts et difficultés de l'organisation et notre charge de travail. Nous tenons compte également du degré d'autonomie de la personne. La prise en charge d'un résident d'obésité morbide en GIR 4 ne sera pas identique à celle d'un résident en obésité morbide en GIR 1 », confirme Martine Leblond, infirmière de coordination de l'Ehpad Notre Dame de l'Accueil.

Un binôme aide-soignante/infirmière

Mais accueillir des personnes obèses ne s'improvise pas. Plusieurs éléments doivent être vérifiés et anticipés. En tout premier lieu, l'accompagnement humain. Le suivi nécessite une vigilance particulière sur le plan cardiologique et dermatologique car l'obésité engendre souvent une hypersudation, des irritations, des mycoses, voire des escarres, qui réclament des soins de nursing et une toilette quotidienne plus longue. « Il est conseillé d'organiser un binôme aide-soignante/infirmière ou aide-soignante/aide-soignante », souligne le docteur Philippe Walraet.

Lève-malade adapté, lit bariatrique XXL...

Ce binôme accompagne les personnes dans leurs déplacements. L'organisation de la vie quotidienne doit être pensée pour faciliter les transferts, notamment du lit au fauteuil. Il faut réfléchir à la disposition de la chambre et s'équiper de matériels spécifiques pour soulager les soignants : lève-malade adapté, lit bariatrique XXL, fauteuil roulant classique ou électrique pour se rendre au restaurant, chaise de douche renforcée, matelas spéciaux pour prévenir les escarres... Il est possible de louer ce matériel s'il n'est pas disponible à l'achat. Certains détails de sécurité doivent également être examinés lors du choix de la chambre. « Il faut penser à l'accès, en cas de panne d'ascenseur et lors d'une évacuation d'urgence », poursuit Martine Leblond.

La délicate question des chutes

Ce travail, mené en amont par l'infirmière coordinatrice, est réalisé conjointement avec l'ergothérapeute et le kinésithérapeute sur le volet de la prévention des chutes. Le relevage des personnes obèses constitue la principale difficulté des équipes et doit être anticipé. « Nous sommes dotés d'un lève-malade classique sur-roulette. Il fonctionne jusqu'à 200 kg, ce qui en pratique, permet d'aider quasiment toutes les personnes. Concrètement, quand quelqu'un est allongé au sol, nous passons sous son corps des sangles fixées à l'appareil. La personne qui a chuté est ainsi redressée en position assise. Le relevage n'est pas douloureux. Certes, cela exige un peu plus de temps qu'une aide manuelle, mais cette opération est réalisable aisément », souligne Pauline Wielfaert, ergothérapeute. Néanmoins, cet équipement peut être délicat à manier. « Si la personne chute au milieu d'un couloir, ce sera simple. Si elle tombe derrière son lit dans un coin de sa chambre, il faudra plusieurs soignants pour l'aider à se relever, car le matériel ne passe pas partout », ajoute Pauline Wielfaert.

Des solutions à inventer

Quand l'établissement n'a pas de personnel disponible capable de soutenir la personne en surcharge pondérale, les pompiers sont appelés à la rescousse. « Il existe peu d'autres solutions. Il serait judicieux de développer de nouveaux robots releveurs pour les personnes en obésité morbide, afin de leur permettre de trouver plus facilement une solution de vie en Ehpad », préconise le docteur Philippe Walraet, qui plaide pour une prise en charge financière publique renforcée des établissements pour l'accueil des personnes de très forte corpulence. De fait, l'obésité est loin d'être un problème isolé. Selon l'Institut national de la santé et de la recherche médicale, 17 % des adultes français se déclarent obèses. Or, une alternative à domicile est peu envisageable pour elles, estime le médecin : « Les difficultés restent identiques, mais se trouvent décuplées par manque de temps des équipes libérales ».


23/05/2024  - Appel à projets

«Vers un hôpital Alzheimer Friendly», la Fondation Médéric Alzheimer relance son appel à projets

La Fondation Médéric Alzheimer, en partenariat avec la FHF et la FEHAP, renouvelle son appel à projets « Vers un hôpital Alzheimer Friendly ».
23/05/2024  - Prévention

Efluelda : l'Académie nationale de médecine plaide le dialogue

Pour elle, la vaccination « haute dose » contre la grippe est un progrès dans la protection des seniors qui « doit être préservé ».
22/05/2024  - SantExpo 2024

Pour une réforme profonde du système de santé et du secteur grand âge

C'est lors de la conférence inaugurale de la 58ème édition de SantExpo, qu'Arnaud Robinet, président de la Fédération Hospitalière de France (FHF), a alerté sur l'urgence d'une rénovation en profondeur du système de santé.
21/05/2024  - Cybersécurité

Le référentiel de certification Hébergeurs des données de santé est révisé

Il définit les exigences qu'un hébergeur doit satisfaire pour obtenir la certification d'hébergeur de données de santé .
13/05/2024  - Loi

Dérives sectaires: la loi instaure un délit de provocation à l'abandon ou l'abstention de soins

Est visée « la provocation, au moyen de pressions ou de manoeuvres réitérées » à « abandonner ou à s'abstenir de suivre un traitement médical thérapeutique ou prophylactique », lorsque cet abandon « est présenté comme bénéfique pour la santé », alors qu'il peut avoir des « conséquences particulièrement graves ».
07/05/2024  - Fondation Travailler autrement

Une photo des «travailleurs invisibles» confirme une accumulation de contraintes

La Fondation Travailler Autrement présente, en partenariat avec le Diot Siaci Institute, institut de recherche et de réflexion du Groupe Diot-Siaci, l'édition 2024 de son étude sur les Invisibles, réalisée par Occurrence auprès de près de 5 000 répondants.
06/05/2024  - Prévention

Une mallette ophtalmologique connectée pour un dépistage dans les Ehpad

Avec l'aide du Département du Loiret, la CPTS Gâtinais-Montargois veut faciliter le dépistage précoce de nombreuses affections oculaires chez les résidents d'Ehpad.
03/05/2024  - Gériatrie

Efluelda: le pavé dans la mare du Formindep

L'association met en avant la nécessité de garantir que les recommandations médicales reposent sur des bases objectives et dépourvues de conflits d'intérêts.
03/05/2024  - Domicile

Infirmières libérales : six groupes de travail pour une meilleure reconnaissance

L'élargissement du rôle des infirmières libérales est l'un des défis de la politique domiciliaire. Syndicats professionnels et caisse nationale de l'assurance maladie ont constitué six groupes de travail.