FTA
07/05/2024  - Fondation Travailler autrement  16778

Une photo des « travailleurs invisibles » confirme une accumulation de contraintes

La Fondation Travailler Autrement présente, en partenariat avec le Diot Siaci Institute, institut de recherche et de réflexion du Groupe Diot-Siaci, l'édition 2024 de son étude sur les Invisibles, réalisée par Occurrence auprès de près de 5 000 répondants.

Ils sont agents d'entretien, aides à domicile, caristes, aides-soignantes, vigiles, livreurs, éboueurs, caissières ou encore ouvriers agricoles, et représentent 11 millions de travailleurs.

La Fondation Travailler Autrement leur consacre une nouvelle étude titrée « Les Invisibles, des vies sous contraintes ».

Grâce à sa robustesse statistique, cette étude zoome très finement sur le quotidien des Invisibles : leurs conditions de travail, leur vie personnelle et familiale, leur environnement économique et social. Ces difficultés du quotidien conduisent à une forme de décrochage du reste de la population active française (appelée "les autres actifs"), avec un facteur de vulnérabilité aggravant (et qui s'aggrave) : la monoparentalité comme facteur de vulnérabilité

L'étude conclut à des contraintes qui s'accumulent :

- de temporalité qui empêchent d'être maître de son temps. La moitié d'entre eux travaille le samedi, et le quart en horaires décalés et morcelés, sans pouvoir pour 25% d'entre eux prendre une pause à leur gré ;

- de pénibilité qui entraînent une vie professionnelle difficile et une vie personnelle inexistante. 84% d'entre eux identifient un risque professionnel, et seul 1 Invisible sur 4 se sent en capacité d'exercer son activité jusqu'à la retraite ;

- de précarité arbitrant une vie au centime près. Ils vivent avec 32% de salaires en moins que les autres actifs, et doivent en conséquence renoncer à des soins de santé et à des petits plaisirs ; pire, 13% d'entre eux ne parviennent pas à subvenir aux besoins primaires du foyer ;

- de parentalité qui raisonnent pour les parents, s'agissant de familles où le nombre d'enfants et, simultanément, les situations de monoparentalité sont plus élevés que la moyenne. Près de 3 Invisibles sur 4 sont en effet parents, le plus souvent avec au moins un enfant mineur à charge, ce qui implique davantage d'absentéisme et une plus grande difficulté à conjuguer vie professionnelle et rythme scolaire ;

- de territorialité freinant leur mobilité. La majorité des Invisibles se rendent au travail en voiture, une solution de mobilité qui n'est pas idéale lorsque l'on sait qu'ils sont moins de la moitié à faire le plein quand ils vont à la station essence ;

- d'utilité : une vie utile mais pas reconnue. S'ils se sentent en grande majorité utiles pour la société, 1 sur 3 ne ressent pas de reconnaissance professionnelle.

L'un des trois zooms de l'étude porte sur les personnes du soin, du lien et de l'éducation avec « l'espoir d'une reconnaissance ? », interroge le titre. Elles représentent 49% de la population d'Invisibles, et 17,9% de la population active occupée. Cette population est à majorité féminine et plutôt diplômée. Elles gagnent 2% de plus que la moyenne des Invisibles - bien que cette moyenne cache évidemment d'importants écarts entre certaines catégories -, mais 25% de moins que les autres actifs. Le revenu de leur foyer est souvent plus élevé que celui des Invisibles, ce qui oblige à moins d'arbitrages et de sacrifices mais reste une source de frustration (à 53%). Elles sont une majorité à utiliser la voiture pour se rendre au travail, et parviennent plus souvent que les autres Invisibles à faire le plein à la pompe à essence.

La pénibilité au travail renvoie ici plutôt à la charge mentale et émotionnelle inhérente à leurs métiers, mais elles parviennent à s'accorder des moments de décompression malgré tout (69% ont pu partir en week-end ou en vacances ces 12 derniers mois) et sont aussi moins isolées que les autres.

Leur rythme est centré autour de la famille : le quart de leurs absences au travail se justifie par la garde d'enfant. Enfin, les « Personnes du soin, du lien et de l'éducation » se sentent toutes utiles et aiment leur profession mais elles attendent davantage de reconnaissance.

Synthèse de l'étude

14/06/2024  - ARS ARA

Un guide de sécurisation du circuit du médicament en EHPAD

L'ARS Auvergne-Rhône-Alpes vient d'actualiser un guide d'aide à la sécurisation du circuit du médicament pour les Ehpad ne disposant pas de pharmacie à usage intérieur.
14/06/2024  - Déserts médicaux

OùSoigner, le service qui lutte contre les déserts (para)médicaux

Le site qui aide les professionnels de santé à trouver leur futur lieu d'exercice, enregistre sa 50ème installation réussie.
12/06/2024

Géronforum à Strasbourg

C'est le thème "L'important c'est de (faire) participer !" que le Géronforum organisé par la Fnaqpa a décidé d'explorer. ...
11/06/2024  - Privé non lucratif

Alain Raoul réélu président de Nexem

Il se dit « plus que jamais déterminé à continuer le combat pour la reconnaissance des professionnels à l'appui d'une CCUE moderne et ambitieuse »
11/06/2024  - Dissolution de l'Assemblée nationale

Fadila Khattabi se représente aux législatives

La ministre déléguée aux personnes âgées et handicapées, élue députée de la majorité en 2022 dans la circonscription de Dijon-Chenôve, annonce sa volonté de se représenter.
11/06/2024  - Dissolution de l'Assemblée nationale

Le projet de loi fin de vie reste en carafe

Le projet de loi sur la fin de vie voit son avenir désormais suspendu aux élections législatives. Tout sera à refaire s'il est réinscrit à l'ordre du jour. D'autres travaux parlementaires sont arrêtés. Petite sélection intéressant le grand âge.
10/06/2024  - Construction

Enéal et Clairsienne posent la première pierre de la résidence intergénérationnelle de Blaye

Un petit immeuble dont 16 des 30 logements seront dédiés aux locataires âgés, des maisons individuelles pour les familles et un espace collectif dédié aux animations composent la future résidence intergénérationnelle.
10/06/2024  - Recommandation de la HAS

Diabète de type 2 : les thérapies non médicamenteuses d'abord

La Haute autorité de santé actualise ses recommandations de 2013 en mettant l'accent sur la modification du mode de vie et sur l'intégration de nouvelles classes thérapeutiques.
06/06/2024  - Négociations

Bass: Axess met deux accords à la signature

Les partenaires sociaux de la branche associative sanitaire, sociale et médico-sociale privée à but non lucratif (Bass) semblent sur la voie d'un accord. Verdict, le 18 juin.