©Juliette Viatte Geroscopie
11/09/2023  - CNSA  16085

Mort assistée : le "oui mais" de la CNSA

Le conseil de la CNSA livre une réflexion sur le modèle français de la fin de vie.

Parce qu'un projet de loi est attendu d'ici la fin du mois de septembre, le conseil de la CNSA alerte sur les conditions du « bien mourir », considérant ce sujet comme pleinement intégré à la politique de soutien à l'autonomie.

« Le législateur, s'il décide une légalisation de l'aide active à mourir, devra en déterminer très précisément le cadre, le périmètre et les conditions afin d'éviter les extensions jurisprudentielles » explique Jean-René Lecerf, président du Conseil de la CNSA. Il ne s'agit pas pour le conseil de choisir entre le strict maintien de la loi Clayes Leonetti (sédation profonde et continue), le suicide assisté ou l'euthanasie, mais bien d'exprimer des recommandations pour un meilleur accompagnement, dans tous les cas de figure, de la fin de vie des personnes âgées et des personnes en situation de handicap. C'est ainsi qu'il émet 26 propositions (voir ci-joint).

Le Conseil de la Caisse estime que la fin de vie doit impérativement être pensée dans un continuum d'accompagnement et de soutien. La discussion sur le « bien mourir » ne peut pas être dissociée de celle sur le « bien vivre » et le « bien vieillir ». Pour Jean-René Lecerf, « l'arbre de la fin de vie, si important soit-il, ne doit pas cacher la forêt des conditions de vie du grand âge et des situations de handicap ».

Et parce que le contexte dans lequel le législateur intervient est essentiel, le Conseil rappelle que le phénomène de « mal mort » peut être lié à des situations inégalitaires d'accès aux soins palliatifs (1 personne sur 3 ne peut toujours pas en bénéficier malgré un plan soins palliatifs), au mauvais accompagnement des personnes vulnérables par manque de personnels et de financements, une vision trop sanitaire de la fin de vie, une discrimination très forte à l'égard de l'âge comme du handicap. Et toujours un tabou de la mort de plus en plus présent. « Il est temps de réapprivoiser la mort », ajoute Jean-René Lecerf.

Par ailleurs, les membres du Conseil de la CNSA estiment à l'unanimité que même si tous ces freins étaient levés, certaines personnes ne pourraient pas être soulagées de leurs souffrances. Lorsqu'une maladie incurable impose des souffrances non apaisables, la mort assistée devrait dès lors être possible. Mais le conseil rappelle que rien ne doit être envisageable pour contourner ce texte par une jurisprudence et recommande d'exclure les enfants de ce dispositif. Il souligne également que les souhaits des personnes évoluent avec la maladie ou l'âge.

Le conseil émet d'ailleurs des propositions sur le développement des directives anticipées et de la personne de confiance.

Enfin, le conseil de la CNSA invite à prendre le temps du débat. « Cette loi ne peut pas être votée à la va-vite », ajoute Jean-René Lecerf. « Chaque mot devra être pesé. Des prises de décisions trop hâtives favoriseraient l'enjambement. »

21/06/2024  - Élections

Législatives, la FNI alerte sur «les extorsions» auprès des personnes âgées

Dans un communiqué du 21 juin, la Fédération nationale des infirmières (FNI) dénonce « des démarcheurs de toute espèce qui par leurs discours trompeurs et insistants, parviennent à s'introduire au domicile de ces patients fragiles ».
21/06/2024  - Public

Apprentissage et VAE: EP'AGE 36 innove

Le groupe EP'AGE 36 a créé une classe d'apprentissage et de VAE collective pour obtenir le diplôme d'aide-soignant.
21/06/2024  - Gouvernance

Un décret définit la nouvelle composition du conseil d'administration des ARS

La présence des élus locaux est renforcée dans les conseils d'administration des agences régionales de santé qui succèdent aux conseils de surveillance.
20/06/2024  - Ehpad publics

«Mon Empreinte Carbone» un outil de l'Anap pour datavisualiser les émissions de CO2

L'Agence nationale de la performance sanitaire et médico-sociale (Anap) a lancé le 18 juin « Mon empreinte carbone », un outil qui estime les émissions de CO2 des établissements sanitaires et médico-sociaux publics.
20/06/2024  - Salaires

Privé lucratif: le gouvernement presse les employeurs d'appliquer l'avenant 33

Face au succès de la grève des salariés du privé lucratif le 18 juin, Catherine Vautrin presse les employeurs d'appliquer l'avenant 33 qu'ils ont signé avec la CFDT et l'Unsa et met en avant les financements supplémentaires octroyés par le gouvernement à la branche.
20/06/2024  - Congrès du Synerpa

Le Synerpa lance un «appel au secours»

Le président du Synerpa, Jean-Christophe Amarantinis, a demandé des mesures rapides au Gouvernement, dans un contexte politique compliqué.
18/06/2024  - Prévention

Trop de médicaments, des risques pour les seniors

Les entreprises du médicament alertent sur les risques au-delà de cinq médicaments par jour particulièrement chez les plus de 65 ans.
18/06/2024  - Bass

Axess : « c'est un accord historique pour notre secteur »

Les employeurs d'Axess se félicitent d'un accord « fruit du consensus et du dialogue social » qui permet « d'envisager l'avenir sereinement pour construire une CCUE moderne et attractive ».
18/06/2024  - Décret

Les pharmaciens peuvent tous prescrire des antibiotiques en cas d'angine et de cystite

La loi de financement de la Sécurité sociale pour 2024 a élargi les compétences des pharmaciens qui pourront délivrer des antibiotiques après un test positif. Premières indications : l'angine et la cystite.