Dans le n° 153-octobre 2023  - Drees et IPP  16105

Quand l'offre médico-sociale se mesure par le prisme des professionnelles

En moyenne, ce sont 3 267 professionnelles ETP qui exercent à moins de 60 minutes de 100 000 personnes âgées, selon une étude de la Drees que complète un rapport de l'Institut des politiques publiques sur des indicateurs de besoins territoriaux.

La Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) a publié une étude[1] sur l'accessibilité géographique à l'offre médico-sociale et sanitaire pour les personnes âgées. Son originalité ? L'étalonner en nombre de professionnelles à moins de 60 minutes pour 100 000 habitants de 60 ans et plus, qu'elles exercent en établissement ou à domicile.

En 2019, 515 000 professionnelles en équivalent temps plein (ETP) interviennent dans la prise en charge de la perte d'autonomie. Un peu plus de la moitié (262 000 ETP) exercent en établissement : Ehpad, Ehpa, USLD, centres d'accueil de jour, SSR ou encore résidences autonomie. Ce sont 253 000 ETP qui exercent à domicile dont 40 % de professionnelles sanitaires, infirmières libérales ou infirmières et aides-soignantes de services de soins infirmiers à domicile (Ssiad).

La Drees explique l'importante distorsion avec les 830 000 ETP du rapport Libault par l'exclusion, en établissement, du personnel administratif et des professionnels de santé, et à domicile de tout ce qui n'est pas de l'aide à l'autonomie.

En moyenne, 3 267 ETP exercent à moins de 60 minutes du domicile pour 100 000 personnes âgées de 60 ans ou plus.

L'accessibilité géographique est plus faible dans les régions autour de l'Île-de-France (Oise, Seine-Maritime, Eure, Orne, Eure-et-Loir, Sarthe, Loir-et-Cher), de même que les régions montagneuses (Alpes, Pyrénées, Vosges, Jura) et le Grand Est. Ailleurs, les zones de faible accessibilité sont dispersées et de taille réduite.

La double spécialisation des territoires

Derrière une relative uniformité, l'étude fait ressortir :

- une spécialisation des territoires vers le domicile ou l'établissement. Les communes de la moitié sud et celles proches des frontières du Nord sont fortement accessibles à l'offre à domicile, tandis que les communes de Bretagne, des Pays de la Loire et celles se situant à l'intérieur des terres le sont à l'offre en établissement ;

- une spécialisation public-privé. Selon le lieu, l'offre peut être quasi exclusivement privée ou quasi exclusivement publique. Dans de grandes zones, l'accessibilité est essentiellement liée à de l'offre privée lucrative, comme la zone du pourtour méditerranéen, en Île-de-France, en Corse, dans les régions des Alpes et des Pyrénées ou dans le Nord-Est ; dans d'autres, elle est essentiellement publique comme en Bretagne, dans les Pays de la Loire, en Normandie ou dans le centre de la France. Mais certains départements se distinguent de leurs voisins. C'est le cas par exemple des Landes, du Haut-Rhin, de la Somme, où l'offre est majoritairement publique, et de la Loire-Atlantique, du Calvados, de la Vienne, de l'Indre-et-Loire, où elle est majoritairement privée.

Modélisation de la perte d'autonomie

L'étude s'entrecroise et se prolonge avec un rapport de l'Institut des politiques publiques (IPP)[2[. Issu d'un contrat de recherche financé par la Drees, il avait pour objet d'estimer les besoins de prise en charge de la perte d'autonomie des personnes âgées. Il est signé d'Anne Carrère, économiste, autrice d'un doctorat sur la « Prise en charge de la dépendance des personnes âgées : une analyse des déterminants de l'institutionnalisation ou du maintien à domicile ».

Pour le présent ? Le rapport souligne un manque de main-d'oeuvre qui s'élève à plusieurs centaines de milliers d'ETP dans le secteur, « visible aussi à domicile alors même qu'un "virage domiciliaire" est souhaité par les politiques publiques ». Or, ce virage domiciliaire, s'il est enclenché, augmentera mécaniquement les besoins à domicile, par un effet volume (plus de personnes en perte d'autonomie à domicile) et par un effet sévérité (les besoins en établissement sont plus importants).

Pour l'avenir ? Élaborer des indicateurs qui aideront les projections. « Nous tentons de prédire, dans chaque commune, le besoin de prise en charge des personnes âgées de 60 ans ou plus », explique Anne Carrère. Avec comme première étape de modéliser la perte d'autonomie selon trois niveaux : perte d'autonomie sévère (GIR estimé définition large 1-2), perte d'autonomie modérée (GIR 3-4) et autonome (GIR 5-6) avec des prédicteurs renseignés grâce aux volets seniors des enquêtes Care-ménages et Care-institutions. Mission remplie.

Plus tard, la méthode proposée consistera à prédire les trois niveaux de perte d'autonomie en France métropolitaine et, dans une troisième étape, à l'échelle de chaque commune. Ce qui permettra de « mieux rendre compte des zones potentielles de tension de l'offre sur le territoire », écrit l'autrice. En continuant de mettre le curseur sur les professionnelles et non sur les structures.


16/07/2024  - Autonomie

La CNSA publie son rapport annuel 2023

Le rapport 2023 de la CNSA présente l'activité de la branche Autonomie de la Sécurité sociale.
15/07/2024  - Nominations

Le gériatre Cédric Annweiler élu doyen de la faculté de médecine d'Angers

Le Pr Cédric Annweiler, chef du pôle Personnes âgées réadaptation accompagnement dépendance handicap (Paradh) du CHU d'Angers et président du gérontopôle Pays de Loire, a été élu doyen de la Faculté de santé d'Angers. ...
11/07/2024  - Communiqué de presse

Amapa : « comme de nombreuses associations du secteur médico-social »

Un communiqué du groupe Avec « banalise » le placement en redressement judiciaire de l'Amapa.
10/07/2024  - Ecologie

L'Igas fait le point sur la transition énergétique des ESSMS

Au-delà du Ségur de l'investissement, une transition énergétique des ESMS nécessite des mesures d'accompagnement et d'investissement supplémentaires.
10/07/2024  - Décret

Coordination : un seul médecin-coordonnateur jusqu'à 200 places

En-dessous de 200 résidents, la fonction de coordination est occupée par un seul médecin
10/07/2024  - Arrêté

Un nouveau cadre pour l'enquête Ehpa de la Drees

L'enquête Ehpa recueille des informations sur l'activité des établissements accueillant les personnes âgées, ainsi que sur leur personnel et leurs résidents.
09/07/2024  - Législatives

Les réactions du social et du médico-social

Les associations et fédérations du secteur social et médico-social sont déjà dans l'après-législatives et rappellent leurs priorités.
09/07/2024  - Privé non lucratif

Accord Bass : Axess compte rappeler les financeurs à leur obligation

Axess se réjouit de l'agrément de l'accord Ségur du 4 juin et travaille « à ce que les financements accordés parviennent aux structures du sanitaire, social et médico-social ».
09/07/2024  - Restauration

Clariane France signe la charte d'engagement du Collectif de lutte contre la dénutrition

Ce lundi 8 juillet 2024, Clariane France a signé la charte d'engagement du Collectif de Lutte contre la dénutrition en présence du Pr Agathe Raynaud-Simon, présidente de l'association et chef du département de gériatrie, Hôpital Bichat AP-HP, de Nicolas Mérigot, DG de Clariane France et du Dr Fariba Kabirian, directrice médicale Clariane France.