Dans le n° 132-octobre 2021  -  Fin de vie  12266

À quels médicaments recourir ?

Le sujet de la fin de vie continue d'opposer les partisans de l'euthanasie active aux défenseurs de la loi Claeys-Leonetti du 2 février 2016. La question, qui pourrait être prochainement réexaminée par le Parlement, aura des impacts sur la légalisation de certains médicaments.

En avril dernier, l'article 1, instaurant « l'assistance médicalisée active à mourir », de la proposition de loi donnant le droit à une fin de vie libre et choisie, était voté par 240 députés (48 contre). Si l'examen du texte, inscrit dans le cadre de la niche parlementaire attribuée au groupe Libertés et Territoires, n'a pas pu aller à son terme du fait du dépôt de plus 3 000 amendements, le sujet n'a plus quitté la scène politique. Le président Macron a lui-même évoqué l'organisation d'une convention citoyenne sur la fin de vie avant la fin de son mandat.

Et sur le plan juridique, l'association Dignitas a déposé le 22 septembre une requête ainsi qu'une question prioritaire de constitutionnalité auprès du Conseil d'État demandant la levée de l'interdiction du pentobarbital de sodium. Ce médicament qui figure sur la liste des stupéfiants inaccessibles sur ordonnance est considéré « comme le moyen le plus fiable et le plus sûr de mettre fin à sa propre vie ».

Rappelons qu'actuellement, la loi Claeys-Leonetti autorise la mise en place d'une sédation profonde et continue jusqu'au décès pour les malades en phase terminale, une procédure qui doit être décidée de manière collégiale quel que soit le lieu de la prise en charge. Si cette législation jugée trop frileuse par les tenants d'une euthanasie active qui en appellent au droit supranational, la fin de vie n'a fait l'objet d'aucune réglementation européenne. Seule la Cour européenne des Droits de l'Homme a estimé le 20 janvier 2011 (n° 31322/07, HAAS c. Suisse) « que le droit d'un individu de décider de quelle manière et à quel moment sa vie doit prendre fin, à condition qu'il soit en mesure de former librement sa volonté à ce propos et d'agir en conséquence, est l'un des aspects de ses droits au respect de la vie privée au sens de l'article 8 de la Convention (européenne des Droits de l'Homme, ndlr) ».

Quels médicaments en fin de vie ?

En l'état actuel du droit, ce sont donc les recommandations de la Société française d'accompagnement et de soins palliatifs et de la Haute Autorité de santé (HAS) qui s'appliquent. La HAS a ainsi publié le 10 février 2020 une recommandation sur les modalités d'utilisation des médicaments nécessaires pour accompagner les patients en fin de vie par une sédation, qu'elle soit proportionnée, profonde, transitoire ou maintenue jusqu'au décès(1). La Haute Autorité a ainsi rappelé que « le midazolam injectable - qui dispose en France d'une AMM pour les anesthésies - est le médicament de première intention pour la sédation profonde et continue maintenue jusqu'au décès. S'il s'avère non-adapté à la situation ou au patient, viennent en seconde intention la chlorpromazine et la lévomépromazine (des antipsychotiques) ». Les posologies ainsi que les modalités d'administration de ces médicaments sont détaillées pour une utilisation en ville comme en établissement.


16/04/2024  - Santé publique

Covid: la campagne printanière de vaccination est lancée

Conformément à un avis de la Haute Autorité de Santé (HAS), une campagne nationale se déroule jusqu'au 15 juin.
15/04/2024  - Numérique

La Poste Santé & Autonomie lance sa messagerie sécurisée de santé MonMailSanté

La solution souveraine clé en main MonMailSanté est commercialisée par les éditeurs de dossier usager informatisé.
11/04/2024  - Conseil des ministres

Soins d'accompagnement, aide à mourir: le projet de loi est sur la table

Quatre articles pour renforcer les soins d'accompagnement et les droits des malades, dix-sept pour définir l'aide à mourir, en fixer les conditions d'accès, la procédure, le contrôle et l'évaluation avec instauration d'une clause de conscience : le projet de loi relatif à l'accompagnement des malades et de la fin de vie est enfin connu.
09/04/2024  - Santé

«Voyagez au coeur de la santé», la FHF invite à un voyage immersif

Pour fêter son 100è anniversaire, la Fédération hospitalière de France invite à un voyage singulier.
09/04/2024  - Soins palliatifs

1,1 milliard d'euros supplémentaires pour développer les soins palliatifs en France

Présentée ce mercredi 10 avril en conseil des ministres, la stratégie décennale pour le renforcement des soins palliatifs, de la prise en charge de la douleur et de l'accompagnement de la fin de vie entend marquer une rupture.
08/04/2024  - Vosges

Un patient de SSR et un résident d'Ehpad décèdent d'une légionellose

Un patient et un résident de l'Ehpad de l'hôpital du Val du Madon à Mattaincourt (Vosges) sont morts fin mars d'une légionellose nosocomiale.
08/04/2024  - Opération séduction

Le Loir & Cher sort le grand jeu pour lutter contre les déserts médicaux

Pour séduire et capter de nouveaux professionnels de santé, Be LC, l'agence d'attractivité du Loir & Cher a entrepris une stratégie offensive : leur offrir un accompagnement de A à Z pour leur installation dans le département, tant sur le plan professionnel que personnel.
05/04/2024  - FHF

Une "grève totale" des hôpitaux privés à compter du 3 juin est irresponsable au regard des besoins de santé

La FHF fait part de son incompréhension face à l'appel à la grève du secteur privé et rappelle que le soutien décidé pour certaines activités prioritaires concerne tous les acteurs.
01/04/2024  - Qualité de vie

Incontinence urinaire: agir en prévention

L'incontinence est un syndrome gériatrique courant chez les personnes âgées. Pour autant, ses nombreuses complications, en l'absence de prise en charge, conduisent à une aggravation de la santé générale de la personne. Les équipes soignantes doivent s'inquiéter précocement du suivi à mettre en place et favoriser, si possible, la rééducation.