© Konbini
Dans le n° 148-avril 2023  - Vie sexuelle et affective  14639

Comment favoriser le respect de la vie affective et sexuelle des résidents ?

En Ehpad, l'exercice du droit à la sexualité questionne les directions comme les équipes : comment assurer le respect de la vie affective et sexuelle des résidents malgré leur vulnérabilité ?

Dans une société coutumière des relations amoureuses exposées, la sexualité des seniors reste méconnue du grand public[1].

La distinction entre droit et liberté

Parce qu'elle n'est pas reconnue expressément par un texte juridique, la vie affective et sexuelle est considérée comme l'un des aspects de la vie privée, protégée par l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme et des libertés fondamentales, ainsi que par l'article 9 du Code civil relatif au respect de la vie privée. La question reste donc de savoir s'il s'agit d'un droit-créance opposable ou d'un droit-liberté. Le droit-créance contribue à la dignité de l'individu et nécessite l'intervention de l'État pour qu'il soit mis en oeuvre et protégé. A contrario, le droit-liberté exige que l'État offre à l'individu une autonomie et la possibilité d'agir sans contrainte. En matière de vie affective et sexuelle, on parlera ainsi de droit-liberté et plus précisément d'un droit d'accès à une vie sexuelle. Dans un Ehpad, il serait difficile d'exiger de l'institution la mise en application d'un droit à la sexualité. Cela impliquerait que l'établissement doive assurer l'épanouissement sexuel du résident par tout moyen, ce qui pose notamment la question de la sollicitation d'un assistant sexuel - illégal en France[2].En revanche, l'établissement pourra mettre en oeuvre les bonnes pratiques professionnelles allant dans le sens du respect de la personne, de son corps, de son consentement, de sa dignité et du respect de sa vie privée.

L'absence de textes spécifiques

Il n'existe pas de cadre juridique précis en matière de sexualité en Ehpad. Cependant, la loi n° 2002-2 du 2 janvier 2002, rénovant l'action sociale et médico-sociale, a introduit le droit au respect de la vie privée et de l'intimité de l'usager. L'article L. 311-3 du Code de l'action sociale et des familles fait référence à des composantes de la vie affective et sexuelle : respect de la dignité, de l'intégrité, de la vie privée et de l'intimité. Deux textes réglementaires ainsi que les recommandations de l'Agence nationale de l'évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ANESM) confirment également le caractère privatif de la chambre du résident[3]. La loi d'adaptation de la société au vieillissement du 28 décembre 2015 prévoit que « les maisons de retraite médicalisées [...] sont à la fois des lieux de soins et de vie [...] conçus de manière à mieux intégrer les souhaits de vie privée des résidents, leur intimité et leur vie sexuelle ». Cette disposition indique l'intention de conserver l'esprit d'un lieu de vie, alors que trop d'Ehpad sont conçus sur un modèle hospitalier où la vie intime ne peut pas s'exprimer.

Le consentement du résident vulnérable

Le consentement suggère que deux (ou plusieurs) individus ont accepté la réalisation d'un acte sexuel. Il s'agit de la manifestation de l'autonomie de la volonté qui doit s'apprécier au moment de l'acte (et non avant ou après). Les professionnels évoquent fréquemment leur appréhension vis-à-vis du résident vulnérable, atteint de troubles de la démence ou aphasique. Il est ainsi recommandé aux professionnels désireux de permettre l'exercice de la liberté tout en protégeant le résident de procéder à une évaluation pluridisciplinaire des situations. La concertation permettra une analyse des souhaits des résidents et le positionnement de l'équipe. Dans ce contexte, le droit se voit contraint de s'immiscer dans l'intimité de l'individu. À défaut de consentement exprès, il conviendra de séparer les individus afin d'éviter un abus sexuel, pour lequel la vulnérabilité sera un facteur aggravant des peines pénales encourues[4].

Garantir l'effectivité de la liberté affective et sexuelle

Respecter et considérer les désirs affectifs permettra également à chaque résident de s'épanouir sans tabou ni jugement. À l'échelle institutionnelle, différentes mesures peuvent être mises en place afin d'inclure la vie affective et sexuelle dans une démarche éthique et déontologique :

- Insérer le volet affectif dans le projet de vie du résident : pouvoir recevoir son/sa partenaire dans sa chambre, privilégier les lieux de convivialité propices aux rencontres, bénéficier d'un lit double (même médicalisé), frapper et attendre avant d'entrer dans la chambre afin d'éviter toute intrusion dans l'intimité, donner des pancartes « ne pas déranger », favoriser les chambres communicantes, respecter le plaisir solitaire ou en couple, respecter le visionnage de films pornographiques (en chambre sans importuner les autres résidents), mentionner la notion de vie affective et sexuelle dans sa diversité (hétérosexuelle, homosexuelle...) dans le livret d'accueil et le contrat de séjour/document individuel de prise en charge.

- Former et sensibiliser le personnel, informer les familles des actions destinées à respecter le désir et l'intimité du résident, qui, y compris sous protection juridique, ne peut se voir refuser de fréquenter les personnes de son choix, même à la demande de sa famille[5].

Le droit invite ainsi à réfléchir et à veiller à ce que la vie des résidents soit digne et sereine dans toutes ses dimensions, y compris celle de la vie affective et sexuelle


Anne-Sophie Moutier

Juriste, consultante, formatrice, enseignante universitaire spécialisée en droit de la santé et médicosocial

16/04/2024  - Santé publique

Covid: la campagne printanière de vaccination est lancée

Conformément à un avis de la Haute Autorité de Santé (HAS), une campagne nationale se déroule jusqu'au 15 juin.
15/04/2024  - Numérique

La Poste Santé & Autonomie lance sa messagerie sécurisée de santé MonMailSanté

La solution souveraine clé en main MonMailSanté est commercialisée par les éditeurs de dossier usager informatisé.
11/04/2024  - Conseil des ministres

Soins d'accompagnement, aide à mourir: le projet de loi est sur la table

Quatre articles pour renforcer les soins d'accompagnement et les droits des malades, dix-sept pour définir l'aide à mourir, en fixer les conditions d'accès, la procédure, le contrôle et l'évaluation avec instauration d'une clause de conscience : le projet de loi relatif à l'accompagnement des malades et de la fin de vie est enfin connu.
09/04/2024  - Santé

«Voyagez au coeur de la santé», la FHF invite à un voyage immersif

Pour fêter son 100è anniversaire, la Fédération hospitalière de France invite à un voyage singulier.
09/04/2024  - Soins palliatifs

1,1 milliard d'euros supplémentaires pour développer les soins palliatifs en France

Présentée ce mercredi 10 avril en conseil des ministres, la stratégie décennale pour le renforcement des soins palliatifs, de la prise en charge de la douleur et de l'accompagnement de la fin de vie entend marquer une rupture.
08/04/2024  - Opération séduction

Le Loir & Cher sort le grand jeu pour lutter contre les déserts médicaux

Pour séduire et capter de nouveaux professionnels de santé, Be LC, l'agence d'attractivité du Loir & Cher a entrepris une stratégie offensive : leur offrir un accompagnement de A à Z pour leur installation dans le département, tant sur le plan professionnel que personnel.
08/04/2024  - Vosges

Un patient de SSR et un résident d'Ehpad décèdent d'une légionellose

Un patient et un résident de l'Ehpad de l'hôpital du Val du Madon à Mattaincourt (Vosges) sont morts fin mars d'une légionellose nosocomiale.
05/04/2024  - FHF

Une "grève totale" des hôpitaux privés à compter du 3 juin est irresponsable au regard des besoins de santé

La FHF fait part de son incompréhension face à l'appel à la grève du secteur privé et rappelle que le soutien décidé pour certaines activités prioritaires concerne tous les acteurs.
01/04/2024  - Qualité de vie

Incontinence urinaire: agir en prévention

L'incontinence est un syndrome gériatrique courant chez les personnes âgées. Pour autant, ses nombreuses complications, en l'absence de prise en charge, conduisent à une aggravation de la santé générale de la personne. Les équipes soignantes doivent s'inquiéter précocement du suivi à mettre en place et favoriser, si possible, la rééducation.