Dans le n° 160-juin 2024  - Prise en charge de la douleur  16757

« Les approches non médicamenteuses ne peuvent qu'être bénéfiques en gériatrie »

Inauguré en 2021, l'IMIC (Institut de médecine intégrative et complémentaire) du CHU de Bordeaux promeut des méthodes non médicamenteuses, notamment pour la prise en charge de la douleur. Une offre complémentaire qui peut être proposée aux personnes âgées. Le point avec le Dr Marie Floccia, gériatre et algologue au CHU, à la tête du Service douleur et médecine intégrative (SDMI), cofondatrice de l'IMIC et experte au sein de l'AMCA (Agence des médecines complémentaires adaptées).

Pourquoi avoir créé l'IMIC ?

L'IMIC a été créé au sein du CHU, sur un terreau favorable, car en collaboration avec la direction qui a soutenu cette dynamique sur les médecines complémentaires. Depuis 2011, nous sensibilisons les soignants de l'hôpital à l'hypnose thérapeutique, un premier outil non médicamenteux au bénéfice des patients. Nous développons aussi la méditation de pleine conscience afin que les soignants prennent soin d'eux mêmes. En parallèle, certains professionnels de santé de l'établissement proposent des approches complémentaires à leurs patients. Dans ce contexte global, nous avons décidé de créer l'IMIC afin de coordonner toutes les initiatives. L'Institut fait aujourd'hui partie du Service douleur et médecine intégrative (SDMI), qui regroupe également les Centres d'évaluation et de traitement de la douleur (CETD) adulte et pédiatrique ainsi que l'Unité soutien douleur (équipe mobile). Cette organisation permet de recentrer l'activité de l'IMIC autour des patients douloureux chroniques (70 % des patients pris en charge) et des patients atteints de maladies neurodégénératives (30 % des patients pris en charge). Nos piliers sont l'hypnose et la méditation, deux pratiques disposant de validations scientifiques solides. Nous développons également des protocoles pour valider nos recherches scientifiques. C'est le cas par exemple pour le recours à l'hypnose chez les patients âgés atteints de la maladie d'Alzheimer. Les approches non médicamenteuses en gériatrie sont nécessaires pour réduire la prise de traitements et le risque iatrogénique. Les effets ne peuvent qu'être bénéfiques.

Comment se déroule l'orientation des patients vers l'IMIC ?

Dans le cadre de la prise en charge de la douleur, les patients orientés au sein de l'IMIC sont généralement déjà inclus dans un parcours au sein d'un CETD. L'équipe va alors leur proposer des séances d'hypnose, dans une démarche d'autonomisation ou de méditation. Les patients présentant des troubles neurocognitifs peuvent être adressés par des collègues gériatres ou par le centre de ressource mémoire, pour des problématiques d'anxiété, des hallucinations ou des crises d'agitation. 60 % des patients en Ehpad sont douloureux. Les équipes ne doivent pas hésiter à les orienter vers le CETD, qui assurera ensuite le lien avec l'IMIC. La prise en charge au sein de l'IMIC se fait sur rendez-vous. Les délais d'attente sont plus ou moins longs, car nous ne sommes que cinq médecins, un psychologue et une infirmière à proposer des consultations, et ce même pas à temps complet.

L'IMIC oeuvre dans une vision institutionnelle et l'AMCA dans une approche sociétale du déploiement des pratiques complémentaires. Quelles sont selon vous les synergies à imaginer pour la qualité et la sécurité des usages ?

Notre objectif au sein de l'IMIC est de montrer que des méthodes complémentaires sont validées scientifiquement et qu'il faut les développer. De son côté, l'AMCA doit nous donner sa vision globale et stratégique de ce qu'elle observe sur le territoire et nous faire remonter les points sur lesquels travailler pour avancer ensemble dans une démarche de qualité et de sécurité pour les patients. Nous avons une réelle complémentarité. Cependant, pour avancer davantage, nous attendons des tutelles une réglementation et un encadrement des pratiques notamment dans le cadre des travaux actuels menés à l'échelon national.


Propos recueillis par Laure Martin

01/06/2024  - Toucher

Découvrir le corps

Toucher des corps qui ne sont ni les nôtres ni ceux des proches aimés. Les couvrir et les découvrir, au gré des soins et des besoins de chacun. Les toucher avec pudeur et respect, dans l'intimité d'une chambre. C'est notre quotidien de soignants, qui prenons soin de ceux qui ont besoin d'assistance pour les actes simples de la vie.
01/06/2024  - Ardèche

Des exosquelettes testés et adoptés

La santé des résidents en Ehpad nécessite une prise en charge adaptée pour limiter l'exposition des professionnels à de trop lourdes charges physiques et psychologiques. La prévention doit permettre de soulager la pénibilité et éviter l'épuisement professionnel.
01/06/2024  - Plaies

Escarres: comment prévenir?

Provoquées par une mauvaise irrigation sanguine liée à une pression prolongée sur les tissus de la peau ou les tissus sous-jacents, les escarres restent pourtant des plaies cutanées évitables. Pour ce faire, les soignants doivent mobiliser leur analyse clinique et s'appuyer sur des échelles de mesures de risque.
01/06/2024  - Sexualité et vie intime

La sexualité chez les seniors : un droit fondamental souvent entravé

En dépit des idées reçues, la vieillesse ne sonne pas le glas du désir. Parce que la sexualité ne s'arrête pas aux portes des Ehpad, des initiatives sont prises pour préserver la vie affective et intime des résidents.
27/05/2024  - Arrêté

Forfaits soins: +3% pour les valeurs 2024 du point GMPS

Un arrêté du 21 mai fixe les valeurs 2024 du point GMPS pour le calcul du forfait soins alloués aux Ehpad
27/05/2024  - Appel à projet

Médicaments: le chariot de demain est signé Amélie Freyche

Lauréate de l'appel à projet de Mobilier national et de la CNSA, la designer Amélie Freyche a présenté à Santexpo le chariot de distribution de médicaments qu'elle a conçu à partir d'un cahier des charges exigeant.
02/05/2024  - Recommandation

Vidéosurveillance dans les chambres d'Ehpad : le oui très restrictif de la Cnil

Adoptée à la suite d'une consultation publique, la recommandation de la Cnil rappelle que les Ehpad ne sont pas censés installer des dispositifs de vidéosurveillance dans les chambres des résidents, sauf circonstances exceptionnelles liées à une suspicion de maltraitance.
22/04/2024  - Colloque

Une journée scientifique pour explorer «la fragilité dans tous ses états»

Médecins et professionnels de santé se sont réunis jeudi 18 avril, pour la deuxième journée scientifique organisée par Clariane et l'Université Paris Cité Necker. L'occasion de découvrir les dernières innovations en matière de gériatrie ou de soins palliatifs.
01/04/2024  - Prévention

L'A-MCA lance son club SAR-CAN pour parler «prévention»

Ouvert depuis début janvier 2024, le club SAR-CAN, de l'Agence des médecines complémentaires adaptées (A-MCA)  entend rassembler les acteurs autour d'événements et favoriser les synergies entre les publics, dans le domaine de la prévention. Directeurs d'Ehpad et seniors bienvenus.