Dans le n° 144-novembre 2022  - Mieux vieillir  14263

Quelle place pour les robots sociaux en gériatrie ?

Les salons et rencontres autour des nouvelles technologies destinées au très grand âge se multiplient. On mesure aisément les potentialités économiques de ce secteur, mais aussi les perspectives d'accompagnement des personnes qu'elles proposent, pour leur permettre de conserver leur autonomie, compenser des déficiences, soulager les professionnels comme les aidants familiaux.

Le champ d'intervention est gigantesque et touche tous les pans de l'écosystème : sécurité, bien-être, santé, lutte contre l'isolement, partage de données ou d'informations, lien social...

Les robots sociaux, des usages épars

Nombreux sont aujourd'hui les établissements à utiliser les robots sociaux, entités mécaniques dotées d'une intelligence artificielle, ayant la capacité de susciter de l'interaction avec les personnes âgées et pouvant présenter des traits humanoïdes (robot NAO) ou d'animanoïdes (phoque PARO).

Les usages sont divers et les possibilités vastes mais ces expérimentations menées sur des territoires ou de manière isolée, voire ponctuelle par des professionnels ou des institutionnels, manquent encore d'un cadre commun qui permettrait d'analyser avec précision l'impact de leur apport sur les personnes accueillies.

ROSIE, un projet pour analyser

Lancée en 2017, l'étude ROSIE (« Robots sociaux et expérimentations en gériatrie ») fut portée par le Gérontopôle d'Île-de-France (Gérond'if), en partenariat avec le living lab Lusage (hôpital Broca AP-HP), le CHU de Lille et la chaire Hospinnomics, et financée par la CNSA, le groupe Malakoff Humanis. Son objectif : concevoir des outils opérationnels pour éclairer les choix des professionnels engagés dans la conception, l'implémentation ou la gestion financière de ces interventions à médiation robotique. Comment ces robots peuvent-ils soutenir les soignants ? Quel impact émotionnel les robots sociaux ont-ils sur les personnes âgées ? Comprennent-elles avec certitude qu'il s'agit d'un robot ?

Un groupe pluridisciplinaire (mêlant les dimensions éthique, clinique, sociale, économique et organisationnelle) a commencé par établir un état des lieux des pratiques utilisant les robots sociaux, en France comme à l'international, dans le secteur gériatrique. « Il apparaît que les robots sont principalement utilisés pour les soins (stimulation cognitive ou remédiation physique), l'animation socioculturelle (activités de loisirs) ou l'assistance quotidienne (pour aider des personnes à manger ou les accompagner lors de séances de rééducation physique) », explique le Pr Anne-Sophie Rigaud, chef du pôle gériatrie de l'hôpital Broca, directrice scientifique du projet ROSIE lors de la restitution des résultats.

Des recommandations pour accompagner les professionnels

Les acteurs du projet ROSIE ont ensuite émis des recommandations pour soutenir les équipes dans l'usage des robots sociaux. Ils invitent d'abord à bien connaître les troubles ciblés par les interventions robotiques (symptômes psycho-comportementaux comme l'anxiété, la dépression ou l'agitation, sentiment de solitude et d'isolement, déficit de sociabilisation...) et les objectifs de la médiation robotique. Les robots peuvent agir comme distracteur ou socialisateur pour lutter contre l'isolement.

Mais ils proposent aussi d'instaurer des procédures collégiales pour concevoir et évaluer les interventions psychosociales et thérapeutiques. Consulter et partager la décision d'utiliser un robot avec l'ensemble des équipes est un moyen d'obtenir l'adhésion et de pérenniser leur emploi en Ehpad.

Les experts invitent enfin à « porter une attention aux effets induits par la mise en scène du robot sur les participants âgés », et particulièrement ceux ayant des troubles cognitifs. « Il arrive en effet que les bénéficiaires confondent le robot avec un être vivant, souligne Étienne Berger, chercheur au Broca Living Lab. Cette mauvaise interprétation peut être favorisée par les choix de mise en scène du robot (manière de le présenter, de lui parler, de personnaliser son apparence), autant d'éléments qui doivent donc être pensés en amont pour éviter toute confusion. »

Pour Benoît Charlieux, psychologue chercheur au Broca Living Lab, « il est fondamental de commencer par présenter le robot aux patients, montrer ses caractéristiques physiques, leur dire à quoi s'attendre. Il faut ensuite observer les réactions des personnes et attendre qu'elles manifestent des intentions vers le robot. C'est seulement lorsqu'on les voit à l'aise, qu'on éteint le robot avec eux et qu'on le range ».


04/02/2024  - Recherche

Mementop.Gait, une appli pour l'auto-rééducation après chute

Un prototype de compagnon numérique aidant les + de 65 ans à suivre leur protocole de rééducation après une chute va être testé à partir de mars.
01/02/2024  - Nouveaux produits

Innovations, la sélection du mois

Pour célébrer l'amour et fêter la Saint-Valentin, retrouvez notre sélection de produits.
01/02/2024  - Accompagnement

Pasa de nuit: une bulle de sérénité pour les personnes atteintes de troubles cognitifs

L'Ehpad du Grand Pré, à Sénas, dans les Bouches-du-Rhône, expérimente un Pasa de nuit[1] pour les personnes âgées atteintes de troubles cognitifs. Ce dispositif, financé par l'ARS, s'appuie sur des thérapies non-médicamenteuses pour détendre le corps et l'esprit et favoriser le sommeil. Les résultats sont encourageants.
01/02/2024  - Médiation animale

Lama thérapie: une expérience innovante dans deux Ehpad ardéchois

Au coeur de l'Ardèche, les résidences Le Grand Pré à Alboussière et Beauregard à Vernoux en Vivarais marquent une nouvelle étape dans la prise en charge non médicamenteuse des personnes âgées. Depuis juillet 2023, un projet expérimental novateur est né au sein de ces deux Ehpad : la Lama thérapie.
01/02/2024  - Lauréat 2023

Le Hameau Résidentiel Médicalisé des Pergolines, lauréat du Grand prix du jury des Anim'awards 2023 !

Paul Valéry, Jean Vilar ou Georges Brassens sont des personnalités liées à la ville de Sète. Désormais, il faudra ajouter Alberte, Charlotte, Coyote, Ginger, Pollux et Simone, les poules du Hameau Résidentiel Médicalisé des Pergolines, ainsi que Yahia Ouazarf, l'animateur, lauréat du Grand prix du jury des Anim'awards 2023 !
26/01/2024  - Stop à l'isolement

Le concours de poésies est lancé

"Petites et grandes victoires", thème de l'édition 2024 du concours de poésies organisé par Stop à l'isolement.
22/01/2024  - Théâtre

Dans la peau d'Annie Primevère, AMP en Ehpad

Old-Up, pièce écrite par Jean-Benoît Patricot, donne la parole à ceux qui n'en ont pas, les soignants d'Ehpad, mais aussi à travers eux, les résidents.
18/01/2024  - RDV le 26 janvier à Angers

Ce qui nous lie

Un documentaire tourné à l'Ehpad de Gorges au Festival Premiers Plans à Angers
11/01/2024  - Concours Talents de la e-santé

Swall-Ehpad: un collier connecté pour un bilan de déglutition à distance

Un collier connecté muni de capteurs enregistre les données de déglutition du résident pendant le repas, ce qui permet un bilan orthophonique à distance. Swall-Ehpad concourt aux Talents de la e-santé dont les votes se terminent le 12 janvier.