Dans le n° 136-février 2022  - Partie III  12560

Covid, care, virage domiciliaire : quand une transition en cache une autre

Ces deux derniers mois, nous avons vu combien la crise de la Covid avait remis en avant les enjeux d'une société du care. Au-delà des aspects traitant du sens, de la prise en considération de l'autre, du fragile, c'est aussi un enjeu concret de travail et de soutien aux professionnels comme aux aidants.

Mais ce retour du care se pratique dans un cadre où la société, et les gouvernements, privilégie le domicile. De ce fait, il importe de penser les liens, et les passerelles entre les différentes formes d'habitat, les ponts entre ces habitats et les maisons de retraite médicalisées, la continuité entre la vie chez soi et les services à la personne comme les services de soin à domicile.

Reste à redire combien le lieu et les manières d'habiter ont des effets très sensibles sur la santé des personnes. Le logement joue sur la santé des personnes. Y compris sur la santé mentale. Rappelons aussi qu'avec le vieillissement de la population en générale, et plus particulièrement celui des publics populaires, dont l'espérance de vie est plus réduite et plus encore l'espérance de vie sans incapacité physique ou mentale importante, le logement apparait comme devant, d'autant plus, être abordé sous l'angle du soutien en santé. Et d'abord sur celle des plus fragiles. C'est en cela qu'il est particulièrement important que des acteurs agissent auprès et avec les classes populaires, comme les bailleurs sociaux, les communes, les associations, le secteur de l'économie sociale et solidaire ou les entreprises locales.

Manque de professionnels et de services de proximité

Sur ce plan, notons que les services à la personne souffrent aussi d'un manque de valorisation des métiers et des personnes qui les assurent. Ce déficit d'attractivité est là aussi, le noeud gordien de toute politique durable de la longévité. Le « virage domiciliaire » risque le tête à queue tant qu'il y aura un tel manque de professionnels de l'accompagnement à domicile [1].

Mais, il importe aussi de prendre en compte les équipements en santé et les professionnels du soin accessibles à proximité du logement. Ou encore de prendre la mesure de la diversité et de la qualité de l'offre de restauration comme des commerces de bouche. Habiter dans un endroit c'est aussi y vivre, s'y nourrir, pratiquer ou non, des activités physiques et de loisirs... Sur ce plan, les collectivités locales, comme les bailleurs sociaux sont, de fait, des acteurs de la santé, de la qualité de vie des habitants, de la prévention... Il s'agit de proposer des services et des activités, du conseil, un accompagnement à la pratique sécurisée de médecines complémentaires, du soutien à l'activité physique...

L'environnement touche aussi à la santé. Les dégradations environnementales ont des effets très directs sur la santé des personnes. Certaines matières, présentes dans les emballages, les aliments transformés, ou encore l'atmosphère sont autant de perturbateurs endocriniens qui génèrent des dysfonctionnements et le développement de maladies chroniques. En ce sens, les enjeux climatiques peuvent aussi se comprendre comme des problématiques du care. Plus largement, le soin mutuel passe bien par l'attention à la planète qui est aussi une manière d'être attentif à la santé de tous. Une autre traduction de la prise en compte du commun.

@Guerin_Serge

Professeur à l'INSEEC GE. vient de publier « Au service de la vie. Les métiers du service à la personne », Fauves éditions, 2021, et, avec V Suissa et le Dr Denormandie, « L'homéopathie en 20 questions », Michalon, 2021. Président de l'A-MCA.

01/05/2024  - Coups de coeur/coups de gueule

Du côté des fédés

Ils vivent et commentent l'actualité. Chaque mois, retrouvez les coups de chapeau ou cris d'alarme de ceux qui animent le secteur.
01/05/2024  - Fadila Khattabi, ministre déléguée chargée des Personnes âgées et des Personnes handicapées

«Depuis ma nomination [...], je n'ai pas l'impression de gagner du temps, mais plutôt d'accélérer»

Récemment nommée ministre déléguée des personnes âgées et des personnes handicapées auprès de Catherine Vautrin, Fadila Khattabi répond pour Géroscopie aux questions qui agitent le secteur. Interview exclusive.
01/05/2024  - Billet

Marqueurs de bienveillance

Les débats sur la loi « Bien vieillir » agitent les acteurs du secteur médico-social. Le grand public est plus préoccupé par d'autres sujets sociétaux, anxiogènes et médiatiquement plus à la « une ». Encore une fois, le grand âge est victime du syndrome de l'indifférence et d'un manque de volonté politique face au mur qui se rapproche de plus en plus. C'est un combat permanent, lassant, décourageant souvent, mais essentiel cependant selon le terme si employé lors de la récente pandémie. ...
01/05/2024  - Partie IV

Pas de société de la longévité sans volonté de valoriser les métiers du care

Pour poursuivre notre série sur la valorisation des métiers du care, évoquons les initiatives visant à améliorer très concrètement le quotidien des femmes et des hommes (surtout des femmes) qui travaillent auprès des plus fragiles.
01/05/2024  - Chronique

Et si on arrêtait de cacher les vieux?

La France des vieux, c'est la France du passé, la France d'hier. Place aux jeunes, à la modernité et à l'innovation digitale ! Bien entendu, je ne suis pas sérieux... Je vous imagine déjà sursauter...
01/04/2024  - Partie III

Pas de société de la longévité sans volonté de valoriser les métiers du care

Dans les deux précédentes contributions autour de la valorisation des métiers de l'accompagnement des aînés les plus fragiles, nous évoquions les questions de management et d'évolution sociologique des manières d'aborder la vie professionnelle. Mais l'enjeu est aussi de repenser le fonctionnement administratif.
01/04/2024  - Laurent Barbe, psychosociologue et consultant

«On a dévitalisé le processus de réflexion»

Cofondateur du cabinet CRESS, spécialisé dans les politiques publiques d'action sociale, Laurent Barbe est l'auteur d'un ouvrage[1] coup de poing sur la démarche qualité telle que proposée par la Haute Autorité de santé (HAS). Interview
01/04/2024  - Chronique

Un café dans mon Ehpad!

Madeleine de Proust d'une France de carte postale, le café de village constitue souvent le seul lieu de rencontre et d'échange alors même que selon l'INSEE, 62 % des communes ne disposent plus d'aucun commerce.
01/04/2024  - Billet

Salut Richard

C'était d'abord une voix forte. Qui ouvrait des voies. Celles qu'il a défendues tout au long de sa carrière. Brillant et apprécié pour ses redoutables compétences lors des débats car travaillées constamment, méthodiquement, désintéressées et reconnues.  ...