10/03/2022 - Pauvreté

Le Collectif ALERTE appelle à un quinquennat social

Par Juliette Viatte 

33 fédérations et associations nationales de lutte contre la pauvreté et l'exclusion réunies en collectif ALERTE, dévoilent leurs solutions et priorités pour lutter efficacement contre la pauvreté durant les cinq années à venir.

« Nous vivons une période délicate », explique Patrick Doutreligne, président de l'Uniopss. « Les crises se succèdent : entre les gilets jaunes, la crise sanitaire qui n'est pas finie et la crise internationale qui va bousculer nos modes de vie, nos protections y compris sociales sont fragilisées. Il est donc urgent d'interpeller les pouvoirs publics pour que le prochain quinquennat soit social. On ne peut plus se contenter des mesures actuelles ».

Depuis près de 20 ans en effet, la France s'accommode d'un taux de pauvreté qui touche pas moins de 8 à 9 millions de personnes, soit 14% de la population. Et ce phénomène n'a pas évolué lors du dernier quinquennat puisque la pauvreté est la même qu'en 2017. Les associations de solidarité témoignent d'ailleurs de la dégradation de la situation des personnes précaires et de l'intensification de la pauvreté. Les études indiquent en effet que le niveau de vie des 5 % les plus pauvres a diminué durant ce quinquennat, alors qu'en parallèle, on observe une augmentation du pouvoir d'achat des plus riches et des classes moyennes.

Le collectif demande donc à tous les candidats de s'engager dans des politiques volontaristes pour une éradication totale de la pauvreté lors du prochain quinquennat, par la consolidation et la création de droits : augmentation du RSA de 30% dès le début du quinquennat à partir de 18 ans, avec pour objectif d'amener le revenu garanti minimum à 900 euros, fusion des différents minimas sociaux  t simplification des démarches, augmentation de tous les minimas sociaux y compris l'allocation aux personnes âgées et l'Allocation d'adulte handicapé. « Le revenu moyen des personnes que nous accueillons a baissé à 537 euros par mois », précise Véronique Devise, présidente du Secours catholique. « C'est le 1er gouvernement qui a refusé de revaloriser les minimas sociaux ».

10 propositions pour une feuille de route

Le collectif ALERTE décline ainsi ses solutions prioritaires pour lutter efficacement contre la pauvreté au travers 10 propositions et 4 grands principes directeurs : faciliter l'accès aux droits, favoriser la participation effective des personnes, parler des métiers de l'humain et créer des passerelles pour permettre des mobilités professionnelles, créer de vraies liens entre économie, environnement et social.

ALERTE a également pris le parti de diffuser un plaidoyer détaillé, en espérant qu'il puisse servir de feuille de route aux pouvoirs publics pour les 5 ans à venir.